Compte rendu visite de l’école de Vicq sur Breuilh

Samedi 26 Novembre 2011

 

Présents : – Christine De Neuville (Maire de Vicq)

– Olivier Lacour (Directeur de l’école de Vicq)

– Frédérique Mariaud (Présidente de l’APEI, responsable commission aménagement des écoles)

Absents excusés : Carole Bardeau (membre de l’APEI, commission aménagement de l’école de Vicq)

Chantal Dumas (membre de l’APEI, commission aménagement de l’école de Vicq)

 

 

Lors de cette rencontre nous avons fait le point sur les différents aménagements faits et à faire dans l’école primaire et maternelle de Vicq sur Breuilh, en concertation avec Olivier Lacour nous relatant les points les plus urgents et avec Christine De Neuville en ce qui concerne la faisabilité du point de vue financier et le calendrier des réalisations.

 

ECOLE MATERNELLE

 

Dans la classe de Mr Doucet, il faudrait installer un rideau devant la grande fenêtre plein ouest de sa salle prévenant ainsi un ensoleillement excessif à la belle saison, Christine De Neuville nous assure que cela sera fait avant le printemps.

 

Olivier Lacour demande s’il serait possible d’installer un abri à vélo dans la cour pour ranger ces derniers rapidement. Actuellement ils sont stockés dans l’école primaire, ce qui ne permet pas de les sortir souvent. Christine De Neuville pense pouvoir intégrer un parc à vélo couvert dans les futurs aménagements d’accès à l’école maternelle.

Un nouvel accès va en effet être réalisé dans le courant de l’année sur le coté sud du bâtiment, permettant aux parents de se garer à proximité du lieu de dépose des enfants sans se trouver directement sur la grande rue longeant la mairie et la salle des fêtes et ainsi améliorer les conditions de sécurité des élèves.

 

 

ECOLE PRIMAIRE

Salles de Mr Lacour, Me Lacour, salle informatique et BCD.

 

Les planchers :

De gros travaux de rénovation des planchers de la salle de Me Lacour ont été réalisés l’été 2011 : l’ancien plancher a été enlevé, des solives ont été changées ou consolidées, un nouveau plancher et un revêtement PVC ont été posés. La salle est devenue beaucoup plus agréable, son nettoyage en est grandement facilité pour le personnel d’entretien.

Ces travaux ont été prioritaires par rapport au reste ce qui semble logique pour les 3 participants à la réunion.

Mr Lacour souhaiterait que le sol de sa classe puisse également être recouvert de lino (actuellement plancher bois). Cependant ce dernier a été rénové bien plus récemment que celui de Me Lacour avant les travaux, le sol est tout à fait stable et en parfait état. Au vu des autres travaux à réaliser dans le reste de l’école et du coût financier, le lino ne sera pas pour tout de suite.

Le sol de la salle informatique est aussi en plancher en état correct, mais vu le froid qui règne dans cette pièce il semblerait qu’il ne soit pas du tout isolé par le dessous (ce que nous avons vérifié par la suite) contrairement aux autres salles. Christine De Neuville va voire comment mettre en œuvre au plus vite une isolation et ainsi parer à ce problème.

Le sol de la BCD est en bon état recouvert d’un lino.

 

Les murs :

Les murs ont tous été repeints exceptés ceux de la BCD qui sont en triste état… Il était dans un premier temps prévu de les refaire, cependant d’autres travaux plus urgents passent avant comme la solidité des sols (fait), et l’isolation des salles (à faire). Christine De Neuville propose dans un premier temps de faire gratter la peinture qui craquèle.

 

 

Isolation des huisseries :

L’école possède des immenses fenêtres en bois en simple vitrage. Les portes semblent quant à elles d’origines et jointent fort mal aux dormants. Celle de Me Lacour a quant à elle des soucis chroniques de fermeture. (Elle fait donc passer les élèves par la BCD en règle générale).

Du coup il y a de fortes pertes de chaleur par les huisseries et elles méritent d’être changées/rénovées.

 

Plusieurs freins expliquent que pour l’instant il n’y a rien de fait :

L’école est dans le périmètre du château classé, ainsi sa façade est soumise aux contraintes des architectes des bâtiments de France, soit des fenêtres en bois, deux fois plus chères que du PVC, déjà très cher vu la taille de l’ouvrage.

L’école n’est quant à elle pas classée monument historique et ne peut donc pas bénéficier des meilleures subventions allégeant le coût pour la collectivité. A noter que l’obtention de son classement serait difficile vu le contexte politico-économique actuel.

 

Une solution envisagée serait de poser des fenêtres PVC double vitrage en partie intérieur des dormants, ce qui ne toucherait pas la façade et ne ferait pas intervenir l’avis des bâtiments de France. Ces travaux ne pourraient être dotés d’aucune subvention mais seraient peut être moins onéreux.

Des devis vont également être établis pour la pose de fenêtre bois double vitrage en remplacement de l’existant. Le bois peut quant à lui bénéficier de subventions pour l’amélioration de l’habitat mais modestes.

La comparaison des devis (subventions déduites pour l’un) déterminera la décision de la municipalité.

 

Les portes seront changées en même temps que la réalisation des travaux.

 

Les toilettes coté rue :

Pour le moment il n’y en a pas ce qui oblige les élèves à sortir dehors, passer au niveau -1 pour utiliser les toilettes de la cour.

D’une part c’est assez inconfortable pour les élèves, d’autre part cela oblige de les laisser seuls sans surveillance dans un périmètre relativement éloigné ce qui est assez limite au niveau sécurité.

Mais surtout cela signifie que l’école n’est pas accessible aux handicapés moteurs.

Christine De Neuville est tout à fait consciente de ce problème et cherche des solutions.

Dans un premier temps il avait été envisagé de faire un coin sanitaire/WC dans la BCD. Mais depuis, les locataires du RDC de la mairie ont déménagé ce qui modifie totalement les aménagements possibles de l’ensemble du bâtiment (la mairie va également être réaménagée).

De plus si on réfléchit au sein du fonctionnement global du RPI, l’accès handicapé est possible pour les élèves de PS, MS à Vicq, MS, GS, CP à Château-Chervix, CE1, CE2, CM1 à Magnac-Bourg, il ne manquerait plus que le CM2 à Vicq pour pouvoir rendre la totalité du cursus scolaire accessible aux personnes à mobilité réduite.

Dans ces conditions là, équiper de toilettes la salle de Mr Lacour deviendrait prioritaire.

La municipalité va réétudier les nouvelles possibilités d’aménagement du bâtiment (mairie+école) en tenant compte de ces observations.

LA COUR DE L’ECOLE PRIMAIRE

 

Les grilles :

Elles ont bénéficié d’un ravalement salvateur l’été dernier, les élèves ne se tachent plus les mains de rouille en s’y agrippant, c’est très joli et cela donne un coup de jeune à la cour.

 

Les arbres :

Ils ont été replantés, ils vont pouvoir pousser et redonner l’aspect originel du lieu.

 

 

Les toilettes :

Des petites poubelles ont été mises à disposition dans les toilettes des filles en cas de « soucis de fille ». Une porte va être placée afin d’isoler le coté garçon avec les urinoirs du coté filles.

Il n’y a toujours pas d’eau chaude au lavabo, Christine De Neuville va voire s’il est possible de remédier à ce soucis.

 

La façade :

Tout les participants conviennent du fait qu’un ravalement s’impose, le problème principal d’une telle entreprise en est évidemment le coût.

Dans un premier temps, suite aux remarques de l’APEI en 2010-2011 concernant les appuis de fenêtre fragilisés par le temps, ils ont été vérifiés par la municipalité et ne présentent pas de danger de chute. Ce qui est rassurant ! Les morceaux manquants étaient dû au fait qu’il avait fallu en enlever quelques parties pour laisser passer les anciens volets.

Christine envisage de réaliser un essai en grattant l’enduit de la façade pour vérifier si celle-ci ne pourrait pas être laissée en pierre apparente.

 

Le préau fermé :

Mr Lacour suggère que l’on pourrait (après les travaux les plus urgents) finir de fermer le préau pour en faire une salle de sport utilisable en toute saison.

Cependant cela nécessiterai d’isoler la toiture pour que cela fonctionne.

Ce projet pourra être étudié ultérieurement.

 

 

Nous avons ensuite fait un tour des bâtiments qui a conforté ce qui avait été dit en réunion. La municipalité est tout à fait consciente de l’ampleur de l’ouvrage, de son coût mais aussi de sa nécessité, la direction de l’école est force de proposition pour améliorer les conditions de travail des enfants et des enseignants, et l’APEI reste un interlocuteur privilégié dans ces discussions ce dont je remercie Christine De Neuville et Olivier Lacour.

 

 

 

Frédérique Mariaud, Présidente de l’APEI.

 

 

Laisser un commentaire